FR     EN

Au Coeur du Monde

Vaste chantier entrepris fin des années 70, « Au Cœur du Monde » a vu le jour en 2003. Cette cantate composée par Garrett List d’après un poème de Blaise Cendrars a été jouée au Festival de Liège et Angoulême.
Lire la suite

Bio

Si la cantate « Au Cœur du Monde » est une création récente, les premiers contacts de Garrett List avec les textes du poète Blaise Cendrars remontent à 1977. A l’époque, une amie poétesse, Annabelle Levitt, venait de publier une édition privée de quelques fragments de l’œuvre de Cendrars. Parmi ces fragments, List est particulièrement touché par le long poème « Au Cœur du Monde ». La lecture de ce texte fait résonner en lui la musique. Les mots appellent les notes. S’amorce ainsi une série de compositions à partir d’extraits de ce poème (quelques chansons et une pièce).

Vingt-cinq ans après avoir découvert le texte de Cendrars, Garrett List clôture son cheminement musical par la composition d’une cantate en 2003. Créée pour orchestre de chambre et trois solistes (soprano, mezzo soprano et voix masculine), la cantate « Au Cœur du Monde » mêle musiques savante et populaire, lyrique et instrumentale, chanteuses classiques et chanteurs de jazz, quatuor à cordes et instruments divers. Elle a été programmée au Festival de Liège ainsi qu’à Angoulême.

List décrypte en ces termes cette œuvre qui le hante depuis plus de vingt ans :

« Comme beaucoup de poèmes de Cendrars, Au Cœur du Monde mélange évènements biographiques et fictionnels. Le poème raconte une promenade dans Paris par une nuit étoilée hivernale pendant un bombardement allemand durant la première guerre mondiale. Cette déambulation conduit finalement le poète à l’endroit où il est né, rue Saint-Jacques, à l’Hôtel des Etrangers. Le contraste entre l’amour du poète pour Paris et sa colère contre le monde dans lequel il se trouve lui déchire le cœur. Cendrars est l’éternel étranger constamment en mouvement chez lui, partout et nulle part. Son amour pour les personnes qu’il rencontre, sa profonde compréhension de leur situation réelle donne à son œuvre une qualité de compassion et d’immédiateté qui le rend très proche de ses homologues américains. J’ai également été fasciné par la façon dont sa poésie décrit les langues du Nouveau Monde, le son de l’espagnol, du français, de l’anglais tel qu’il est parlé dans l’hémisphère Ouest »

Note d’intention sur « Au Cœur du Monde »

PDF - 115.5 ko
DANS LA PRESSE :
« Garrett List, un Américain épanoui »
La Libre, 25 janvier 2003
PDF - 54.1 ko

Bio